Category: Partir

CES à l’Envoi – Témoignage de Virginie, volontaire européenne à Genova, en Italie

CES à l’Envoi – Témoignage de Virginie, volontaire européenne à Genova, en Italie

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », Gwennili est association d’envoi pour tout jeune de 18 à 30 ans résidant dans le Finistère Sud. Et ce mois-ci, nous vous proposons de vous immerger dans le récit de Virginie, une jeune de 28 ans partie réaliser un volontariat européen depuis la mi-janvier 2023. Découvrez-là au travers de ses missions de volontariat, de son regard et de ses anecdotes 🙂

 » Ciao a tutti ! Je m’appelle Virginie et vous salue depuis l’Italie !

J’ai émigré à Genova en janvier 2023 pour un an de volontariat auprès du public migrant. Ayant déjà eu l’occasion de travailler dans un centre d’accueil pour demandeurs d’asile en France, le CES (Corps Européen de Solidarité) est pour moi, l’occasion de découvrir comment l’accueil d’un même public se passe dans nos pays voisins, qui peuvent également être les premiers pas d’entrée en Europe.

Que dire de Genova ? Située dans la région de la Ligurie, les Italiens disent de ses habitants qu’ils sont fermés, froids et radins… Autant dire que sur le papier ça ne fait pas rêver ! Hahaha. Mais comme tout bon préjugé, il suffit de s’y confronter pour se rendre compte que la réalité est bien plus nuancée. Pour ma part, j’y ai reçu un merveilleux accueil et m’y sens vraiment bien !

Genova, aussi appelée « Zena » en Genovese, est une ville portuaire qui a pour symbole son phare (La Lanterna). Symbole qui a donné son nom à l’un des plus beaux derbys d’Italie, celui opposant Genoa à la Sampdoria, les deux équipes de la ville.

Mais Genova c’est aussi et surtout la ville de Fabrizio De André (le « Brassens » italien comme certains disent) ou encore Luigi Tenco. Pour les plus gourmands d’entre nous, c’est la ville du Pesto et de la Focaccia, que vous pourrez déguster à chaque coin de vicoli (ruelles). Et pour les passionnés d’Histoire, voici quelques petites anecdotes :

– Le club de Genoa est la toute première équipe de foot créée en Italie, il a fêté ses 130 ans cette année.

– Le tissu appelé Jean est originaire de la ville, d’abord utilisé par la marine pour équiper ses navires et vêtir ses marins.

– Le drapeau de Genova est celui de Saint-Georges, patron de la ville. En 1190, le roi Richard d’Angleterre demanda à utiliser ce drapeau en échange d’un tribut annuel. Tribut qui n’est plus versé depuis plus de 250 ans, pourtant le drapeau continue d’être utilisé.

Que dire de cette expérience en tant que volontaire ?

Nous sommes un peu moins d’une vingtaine de volontaires accueillis à Genova, dispatchés dans 3 appartements, alors c’est un joli melting-pot ! Nous venons de tous les horizons : Allemagne, Turquie, Pologne, Roumanie, Suisse, Espagne, Ukraine et France. Pour communiquer, nous mélangeons les langues, inventons des expressions et quand le vocabulaire nous manque, nous montrons nos plus beaux talents de mimes et bruitages.

Mais nous ne travaillons pas tous au sein des mêmes structures. Me concernant j’ai commencé dans un service d’accueil pour mineurs non-accompagnés et maintenant je suis dans un service d’accueil pour demandeurs d’asile et bénéficiaires de la protection internationale.

En tant que volontaire, je suis plutôt là en soutien pour l’équipe du service. Nous accompagnons principalement des familles mais aussi quelques personnes isolées, sur l’aspect administratif comme médico-social. Le but est de permettre progressivement l’insertion des personnes et leur autonomie en Italie.

J’ai la chance d’être au sein d’une équipe absolument superbe, où l’ambiance est très solidaire et bienveillante. J’ai très vite trouvé ma place et me suis sentie à la fois reconnue dans mes compétences, mais aussi soutenue face aux difficultés rencontrées.

Le fait d’être francophone me permet également de jouer un rôle de médiatrice et interprète entre les travailleurs sociaux et certaines des personnes accueillies, surtout les primo-arrivants qui n’ont pas encore eu l’occasion d’apprendre la langue italienne. C’est une place que j’aime beaucoup tenir car elle permet de faciliter l’accès aux droits pour les personnes. Ça les rassure, ils peuvent s’exprimer dans une langue qu’ils maîtrisent davantage (bien que ce soit rarement leur langue maternelle) et poser leurs questions tranquillement. Petit à petit, nous initions également un travail avec les femmes victimes de traite. La compréhension de leur droit pour ces femmes est fondamentale alors, dès que je peux, j’aide à traduire en français ou en anglais.

De plus, j’ai commencé à donner quelques cours de français auprès des travailleurs sociaux de différents services, afin de leur permettre d’améliorer leur communication et leur accompagnement auprès du public. Ce sont des moments toujours super beaux et drôles, les collègues s’impliquent vraiment, se trompent parfois, moi aussi un peu quand je donne des explications en italien, mais on apprend en rigolant. Et maintenant pour me saluer, ils s’amusent parfois à me lancer un « Ciao Maestra ! »

Témoignage de Brahim, volontaire européen à  L’Esat des Genêts d’Or – Briec

Témoignage de Brahim, volontaire européen à L’Esat des Genêts d’Or – Briec

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », nous accueillons Brahim, volontaire marocain, depuis le 13 septembre 2023. Il réalise ses missions au sein de l’ESAT des Genêts d’Or à Briec, et ce jusqu’à la fin juin 2024. Voilà maintenant 3 mois qu’il est parmi nous, et il écrit ici son ressenti face à l’expérience qu’il est train de vivre.

 » Je suis Brahim, originaire du Maroc, et j’ai eu 27 ans en août dernier. Bien informé et impatient de démarrer mon projet, l’attente était insoutenable car jusqu’ici, chaque expérience dans laquelle je me suis lancé consiste en quelque chose que j’aime profondément. Mon 3ème mois de volontariat touchant à sa fin, je peux maintenant, ne serait-ce qu’un peu, mieux vous parler des habitants de QUIMPER. Et je suis surtout vraiment ravi de vivre ici avec des amis avec qui je partage un bonheur mutuel. Si nos goûts diffèrent parfois, le plus souvent, nous partageons les mêmes préférences et nous tâchons de nous entraider.

Il est vrai qu’au début, j’ai dû faire face à des défis culturels et surtout linguistiques. Au début, mon vocabulaire se limitait à « oui » et « non », haha, mais heureusement, mes compétences se sont améliorées et je peux maintenant communiquer plus efficacement.

Notre logement, affectueusement appelé « le château », y ressemble en effet, avec de nombreuses pièces par rapport au nombre d’occupants. Parlons maintenant des personnes. Je partage un espace de vie avec cinq autres volontaires, chacun a sa chambre privée et en parallèle nous partageons une salle de bain et une cuisine, ainsi qu’une salle à manger. Malgré la place que prend parfois la fatigue dans nos quotidiens, les plus beaux moments se déroulent dans la cuisine, lorsque nous nous retrouvons tous pour préparer à manger. Pour être honnête, alors que j’écris ces lignes, la simplicité de ces moments où chacun partage ses expériences quotidiennes dans la cuisine me manque.

Comme j’aime partager ma nourriture, la plupart des gens me disent avec humour qu’ils ne veulent surtout pas gaspiller. Et tant mieux car c’est la chose que je déteste le plus 😂😂😂. Et si quelqu’un vous offre de la nourriture, sachez que ça ne se refuse pas car pour ma part, je n’ai jamais préparé de la nourriture uniquement pour moi. Et je l’accompagne de thé marocain jusqu’à ce qu’il n’y en ait plus 😂😂😂😂 Je plaisante.

À propos, le temps à Kemper est délicieux. Les matins peuvent vous accueillir avec une pluie douce, les après-midis avec le tonnerre et les averses, et les nuits avec une atmosphère romantique trempée de pluie – parfait pour les célibataires 😂😂😂. Cependant, ne laissez pas la pluie vous faire oublier la douceur de l’expérience. Vous pouvez manquer un phénomène météorologique et en voir un similaire plus tard, mais manquer une expérience est irréversible.

Je conseille à tout le monde d’être patient – je le répète trois fois – parce que c’est très important. Je n’ai pas encore parlé de mon rôle de volontaire : je suis volontaire à Briec, pour soutenir les retraités ayant des besoins particuliers (Genêts d’Or). J’aime vraiment cela et j’espère avoir l’honneur de travailler avec eux pour le reste de ma vie. Même si ce n’est pas facile au début, en raison de divers facteurs, la langue étant le plus important, lorsque vous montrez de l’amour, c’est réciproque. Avec beaucoup d’amour pour vous-même, n’ayez pas peur des difficultés liées à votre imagination. Prenez un risque, et tout deviendra facile avec Sa permission. Je remercie sincèrement Michael et Laurence, qui ont travaillé sans relâche pour m’adapter au travail dans tous les domaines.

Sans oublier l’organisation Gwennili, en particulier Solène et Hélène, qui ont travaillé avec diligence pour me soutenir depuis le début jusqu’au moment où j’écris ces lignes. « 

CES à l’Envoi – Témoignage de Ambre, volontaire européenne à Fryshuset, en Suède

CES à l’Envoi – Témoignage de Ambre, volontaire européenne à Fryshuset, en Suède

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », Gwennili est association d’envoi pour tout jeune de 18 à 30 ans résidant dans le Finistère Sud. Et ce mois-ci, nous vous proposons de vous immerger dans le récit d’Ambre, une jeune de 23 ans partie réaliser un volontariat européen en Suède d’un an depuis janvier dernier. Découvrez-là au travers de ses missions de volontariat, de son regard et de ses anecdotes 🙂

« Moi c’est Ambre, 23 ans, Bretonne et fière de l’être mais ayant quitté ses terres natales il y a 3 mois pour le pays des aurores boréales d’Abba, d’Ikea et de Zlatan Ibrahimović… la Suède !

À vrai dire, je suis assez loin de voir les aurores boréales puisque j’habite tout au sud de la Suède, dans la ville natale de Zlatan : Malmö. Ce qui est génial ici c’est que la ville est peu chère pour le pays, dynamique, verte, culturelle, jolie et la cerise sur le gâteau : elle est située à 20 minutes, en traversant le pont de l’Øresund en train, du Danemark ! J’en ai donc profité pour notamment visiter sa capitale, Copenhague.

Avant de partir, je venais de finir mes études et me demandais quelle serait la suite. J’ai étudié 2 ans en communication des organisations (DUT) puis un an en graphisme en Irlande pour finir avec un Master en Muséologie et communication culturelle à Avignon. Ce dernier s’est soldé par 6 mois de stage à Montréal et a achevé de me donner le goût du voyage. Je suis donc reparti, cette fois en Suède, dans le cadre d’un volontariat d’un an dans une organisation œuvrant pour la jeunesse : Fryshuset.

L’objectif de Fryshuset est de faire en sorte que les jeunes aient les clés pour se réaliser et réaliser leurs projets mais aussi de mener des projets à leur encontre. Fryshuset ouvre ses espaces 3 fois par semaine pour les jeunes (dotés notamment d’une salle de concert, de danse, d’un studio d’enregistrement, d’un espace partagé avec une télévision destinée à “chiller”) et le reste du temps l’équipe travaille sur des projets plus conséquents incluant l’organisation de nombreux événements et activités : Breakdance, Pâques, Noël, dons de vêtements, camps de vacances, etc.

Moi, ma vraie mission, c’est la communication. Comme vous pouvez l’imaginer il se passe beaucoup de chose à Fryshuset, beaucoup, beaucoup de choses. Dès mon arrivée il a donc fallu s’organiser et monter un plan de communication pour que tous les acteurs, externes et internes, soient au courant des festivités et des dernières nouvelles. Une équipe de choc s’est donc formée, composée des 4 fantastiques : Solenne (communicante dans l’âme), Auriane (graphiste aguerrie), Anaïs (organisatrice d’événements hors pair) et moi-même. Vous le croirez ou non mais nous participons toutes au même volontariat et sommes toutes les 4 françaises, dont 3 bretonnes qui ne se connaissaient absolument pas initialement. Le hasard nous a rassemblé. L’avantage est que l’on s’entend super bien, le désavantage c’est que ça ne nous aide pas dans la pratique de la langue locale…

Mis à part la communication, il m’arrive souvent d’aider lors des événements, à la mise en place, au déroulement, à la couverture photo et vidéo, etc. C’est génial parce que c’est très varié, chaque semaine est différente et riche en rencontres et en découvertes. J’ai en plus la chance de travailler avec une super équipe, loin des clichés décrivant les Suédois comme réservés et peu bavards, et travaillant dans l’horizontalité la plus totale, dans une ambiance très détendue et bienveillante.

Mes premiers mois de volontariat furent bien remplis. J’ai pu rencontrer de nombreux volontaires engagés dans le même programme que moi à Stockholm lors de la formation d’arrivée et à Göteborg lors d’un rassemblement organisé à l’initiative de certains d’entre eux. J’ai aussi commencé à vadrouiller dans le pays, visiter de nombreuses villes (Lund, Uppsala, Helsingborg, Sigtuna, etc.), me balader le long des côtes avec les fameuses maisons rouges, être bénévole pour un festival de film, profiter de la patinoire gratuite en hiver, assister à un match de hockey sur glace, faire des graffitis pour la première fois… Je m’amuse donc bien et j’ai vraiment hâte de vivre ces prochains mois !

Je vais conclure mon témoignage sur quelques faits amusants sur la Suède :

  • – Ils ont une religion bien installée : le Fika, la fameuse pause-café. Au moins deux fois par jour (si ce n’est plus), les Suédois se retrouvent autour d’un café et d’un gâteau (généralement un Kanelbulle ou un Kardemummabullar qui sont des brioches à la cannelle ou à la cardamome) et ça ne se refuse pas !
  • – Les Suédois mangent en moyenne deux fois plus de bonbons que dans le reste de l’UE. Une famille comprenant deux adultes et deux enfants, mange en moyenne 1,2 kilos de bonbons par semaine !
  • – Il n’est pas rare de voir des poussettes abandonnées et alignées dans la rue devant des cafés ou des maisons, c’est en fait l’heure de sieste pour les bébés. Beaucoup de parents font dormir leurs enfants dehors, ainsi ils dormiraient plus profondément et plus longtemps et cela renforcerait leur système immunitaire. Je vous rassure, ils sont bien emmitouflés en hiver… !
  • – Le roi de Suède, Carl XVI Gustaf, descend d’une lignée française, les Bernadotte !
  • – Au-delà de ceux que je vous ai déjà cités, la Suède c’est aussi Spotify, Volvo, Fifi Brindacier, H&M, Ericsson ou encore Electrolux.
  • – Le Danemark et la Suède sont deux meilleurs ennemis, cela provient d’années d’hostilités ayant débutées au 17e siècle pour savoir à qui appartient la région où je vis : la Scanie.
  • – Les Suédois mangent beaucoup de sandwichs mais avec une seule tranche de pain, un smörgås, cela remonterait au XVe siècle lorsque les Suédois utilisaient ces tranches de pain épaisses comme des assiettes.
  • – Leur pain est bien différent du nôtre et est souvent remplacé par un pain croquant : les knäckebröd. Ils en ont des rayons entiers dans les magasins !
  • – La vente d’alcool de plus de 3,5% est contrôlée par l’État et vendue dans les magasins Systembolaget, comme au Québec.

J’espère que vous aurez appris quelques petites anecdotes, si vous en avez l’occasion, je conseille vivement de vous lancer dans un CES (Corps Européen de Solidarité) et de partir découvrir l’Europe ! « 

Recrutement d’un.e coordinateur.rice de projets européens

Recrutement d’un.e coordinateur.rice de projets européens

Dans le cadre d’un remplacement, nous recrutons un.e coordinateur.rice de projets européens pour un CDD de 5 mois à partir du 11 avril 2023 ! (Date limite de candidature : 19/03/2023)

Menées en binôme, les missions proposées seront :

• Dans le cadre des projets de Corps Européen de Solidarité (45%)
– Accompagnement des volontaires et des structures d’accueil
– Information sur le volontariat européen
– Recrutement des volontaires pour Septembre 2023
– Suivi et réalisation des projets collectifs
– Soutien administratif (fin de volontariat des volontaires actuel.le.s + préparation de l’arrivée du nouveau groupe de volontaires)

• Dans le cadre du projet Mob’Europe – Stages professionnels en Europe pour les 18-25 ans (45%)
– Préparation au départ des jeunes
– Accompagnement individuels et collectifs des participants
– Communication avec les partenaires locaux et européens
– Soutien au détachement administratif
– Visite sur les lieux de stage dans l’un des pays d’accueil

• Dans le cadre du projet de création d’un Tiers-Lieu (FLUX) dans lequel Gwennili prend part (10%, ponctuellement)
– Participation logistique au déménagement durant l’été

Compétences :

• Très bonne maîtrise de l’anglais
• Aptitudes relationnelles avec le public jeune (18-30 ans)
• Sensibilité aux problématiques interculturelles et européennes
• Maîtrise des outils pédagogiques (animations interculturelles, outils de l’éducation populaire)
• Capacités rédactionnelles
• Forte autonomie, rigueur et adaptabilité
• Maîtrise des outils informatiques (Excel, Zoom, documents partagés ; etc.)
• Permis B + Véhicule

Formation et expérience :

• Expérience dans l’animation de projets interculturels
• Expérience professionnelle en milieu associatif
• Expérience de mobilité internationale

Contrat et rémunération :

• Convention collective de l’animation, groupe 3 indice 280 – Temps de travail : 28h par semaine
• Déplacements (séjours en France et à l’étranger) ponctuels
• CDD de 5 mois, à pourvoir au 11 Avril 2023
• Poste basé à Quimper

Candidature :

Jusqu’au 19 mars 2023 par mail (entretiens prévus la dernière semaine de mars)
Envoyez votre CV et lettre de motivation à l’attention de :
Madame la Présidente – Association Gwennili – contact@gwennili.net

Témoignage d’Emma, volontaire européenne au Collège-Lycée Saint Louis à Châteaulin

Témoignage d’Emma, volontaire européenne au Collège-Lycée Saint Louis à Châteaulin

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », nous accueillons Emma, volontaire allemande, depuis la mi-septembre 2022. Elle réalise ses missions au sein du Collège-Lycée Saint Louis à Châteaulin, et ce jusqu’à la fin de l’année scolaire, en juin 2023. Arrivée à la moitié de son volontariat, elle nous partage son ressenti via ce témoignage

 » Salut tout le monde 🙂

Je m´appelle Emma, j´ai 18 ans et je viens de Hambourg, une grande ville au nord de l´Allemagne. À la fin de mon baccalauréat j´ai décidé de faire un volontariat en Bretagne. En tête j´avais plusieurs objectifs. Je voulais améliorer mon français, faire de nouvelles expériences et découvrir « la vie en Bretagne ».

Vous vous demandez peut-être pourquoi j´ai décidé de faire un volontariat en Bretagne, une région connue pour la pluie : Car ce n´est pas la première fois que je viens en Bretagne, et je sais très bien qu´il y a plein de choses à apprécier ! Avec sa nature vaste et préservée, ses galettes au blé noir, ses hortensias éclatants en été et la mentalité accueillante et chaleureuse des bretons, la Bretagne est vraiment un de mes endroits préférés en France.

Je ne suis pas venue en France uniquement pour améliorer de mon français, mais surtout pour mon développement personnel. J´ai voulu faire l´expérience de vivre dans un pays étranger loin de ma famille et de mes proches. Pour être honnête ça m´est déjà arrivée d’avoir le mal du pays et que le câlin de ma mère me manque beaucoup. Mais c´est ce qui nous fait grandir, se mettre dans des situations en dehors de notre zone de confort.

Comme c´est évident quand on part dans un autre pays, j´ai remarqué quelques particularités françaises. Une chose, qui était déjà mentionnée par une autre volontaire l´année dernière et que j´avais déjà observé en 2018 pendant un échange scolaire à Rouen, est qu´il y a des crottes de chien partout ! Donc quand tu te promènes, il faut que tu fasses attention où tu mets tes pieds. Une autre chose que j´ai déjà remarquée en 2021 quand je faisais du babysitting à Clisson et qui s´est confirmée ici, c´est le fait que les français mangent tellement de yaourts… Dans tous les sacs poubelles que je vois dans la rue il y a des emballages de yaourts. En effet, la France consomme à peu près 2.5 millions tonnes de yaourt par jour.

Mon travail au lycée et collège St. Louis à Châteaulin m´a déjà appris plein de choses. Le volontariat me permet de découvrir le métier de professeur, un métier exécuté par mes parents, et de gagner plus de confiance en moi-même, parce qu´il faut quand même un peu du courage pour se mettre devant une classe d´adolescents. Maintenant je sais combien du travail se cache derrière ce métier. Il faut préparer les cours, corriger les évaluations, être ouvert pour tous les problèmes particuliers des élèves différents et en même temps se souvenir de toutes les devoirs qui tu as donné aux classes. Et comment peux-tu faire pour te souvenir d´autant noms :). Maintenant je comprends que ça fait bizarre quand les élèves rient pendant que tu fais le cours. Donc, à ce moment-là, je suis désolée pour mes anciens profs, car j´ai surement fait pareil parfois. Être un prof, ce n´est aussi facile que l´on croit. Mais de l´autre côté, d´être professeur te permets de partager de bons moments avec les élèves et de leur donner l´envie d´apprendre et de se fixer des objectifs, parce que c´est ça qui compte dans la vie, de donner du sens à ta vie et de trouver ton rôle dans notre société.

En parlant d´habiter à Quimper avec cinq autres volontaires qui ont des nationalités différentes, il faut dire que c´est une expérience hyper riche ! Tous les soirs on se raconte ce qui s´est passé pendant la journée en alternant entre les langues : italien, français, anglais, portugais et allemand. On joue des jeux de société et on rigole beaucoup. Les week-ends on voyage et on vit des moments hyper drôles ensemble. À cause de la différence d´âge, on se complète mutuellement. Ils m´ont déjà beaucoup appris, en concernant les avis politiques et aussi les sagesses de la vie en général. Le fait d´habiter dans une maison ensemble nous apprend comment vivre dans une colocation sans disputes. Et s´il y en a des disputes on apprend à les gérer. On est devenu une petite famille qui se soutient et je l´apprécie beaucoup !

Pour terminer, je peux dire que j´ai déjà passé des mois hyper beaux et enrichissant ici en Bretagne et je me réjouis déjà de ce qui va suivre ! Merci pour cette opportunité ! « 

SEMINAIRE DE CONTACT EUROPEEN

SEMINAIRE DE CONTACT EUROPEEN

Dans le cadre du chantier expérimental pour le renforcement de la dynamique régionale, en faveur des projets en réciprocité, un séminaire de contact sera proposé du 21 et 25 novembre par le Comité Régional de la Mobilité (Coremob) Bretagne, en collaboration avec l’association Gwennili

Inscriptions ouvertes jusqu’au 21 Octobre sur : https://www.helloasso.com/associations/gwennili/evenements/seminaire-de-contact-europeen

(Les places sont limitées)

Cette manifestation s’adresse aux structures souhaitant organiser des échanges interculturels grâce au financement de l’Office Franco-Allemand pour la Jeunesse (OFAJ) ou du Fonds Citoyen Franco-Allemand.

Frais de participation : 50 €/personne. Ces frais couvrent l’hébergement en pension complète. Une partie des frais de transport sera pris en charge à hauteur de 0,12 €/km.

Plus d’informations et programme prévisionnel ci-dessous :

Témoignage d’Helmi, volontaire européenne au CCAS de Plonéour Lanvern

Témoignage d’Helmi, volontaire européenne au CCAS de Plonéour Lanvern

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », nous accueillons Helmi depuis septembre 2021. Elle réalise ses missions au sein de la garderie du CCAS de Plonéour Lanvern, et ce jusque la fin juillet 2022. Sept mois après le début de cette aventure hors du commun, elle nous partage son ressenti…

« Bonjour! Je m’appelle Helmi, j’ai 19 ans et je viens de Finlande. 

Je suis ici en France depuis presque 7 mois maintenant, ce qui me fait bizarre : j’ai l’impression que je viens d’arriver ici mais d’un autre côté j’ai l’impression d’avoir été loin de ma famille et de ma ville natale pendant très, très longtemps. 

Lors de mon séminaire de préparation avant mon arrivée ici, on m’a dit qu’en général, pendant le volontariat, les volontaires sont confrontés à différentes périodes concernant leur humeur et leurs sentiments. Cela m’est arrivé aussi.  

Le premier mois a été très fascinant et j’étais motivée pour faire des choses en dehors de ma zone de confort, car tout était nouveau et agréable. Après quelques mois, j’ai davantage eu le mal du pays et j’avais ce désir de toutes les choses « sûres » que j’avais à la maison (ma famille, mes amis, mes loisirs,…). Depuis quelques mois je commence à trouver ma place de volontaire et j’ai la même envie qu’au début de continuer à découvrir cette nouvelle culture dans laquelle j’évolue et vivrai durant encore 3 mois. 

Parfois, notre vie de volontaire semble très irréelle et spéciale. Un jour, je prépare des plats finlandais traditionnels avec des enfants français et l’autre, je suis au Portugal en train de m’amuser avec mes nouveaux amis que je viens de rencontrer. Plutôt cool je dirais 🙂 L’une des meilleures choses de notre année a certainement été la possibilité de rechercher constamment de nouvelles villes, plages, bars et tous les autres endroits, ce qui est également la raison pour laquelle j’ai noué de nombreuses nouvelles amitiés internationales. 

En plus des voyages, le travail est évidemment aussi une partie importante du volontariat. Mon travail d’animatrice en centre de loisirs auprès des enfants a pris beaucoup de sens pour moi. Lorsque je commence à connaître les enfants personnellement et inversement, les relations que nous avons créées commencent à me sembler importantes. Même si je n’ai aucune formation ni expérience professionnelle dans ce domaine, je suis heureuse de pouvoir exécuter mes idées d’activités et d’être là s’ils ont besoin d’un adulte attentionné, malgré une langue et une culture différentes. En tout cas, au moins pendant mon séjour ici, j’ai réalisé que peu importe de quel pays nous venons ou à quoi nous sommes habitués, nous avons les mêmes sentiments et besoins. 

La principale raison pour laquelle j’ai voulu faire du bénévolat est que je voulais me mettre un peu au défi et voir si je serai capable de vivre de manière plus autonome, sans le système de soutien que j’ai à la maison, dans un environnement très sûr. Il s’avère que oui, j’ai survécu et je crois que je rentrerai chez moi avec plus de confiance et de connaissances sur moi-même et sur le monde entier. Vivement l’été et ses aventures !

Témoignage d’Emma, volontaire européenne au Likès

Témoignage d’Emma, volontaire européenne au Likès

Dans le cadre du programme « Corps Européen de Solidarité », nous accueillons Emma depuis septembre 2021. Elle réalise ses missions au sein du lycée le Likès à Quimper. À mi-volontariat, elle nous dresse un bilan de son aventure… 

« Salut,

je m’appelle Emma, j’ai dix-huit ans et je viens d’Autriche. J’ai terminé l’école l’année dernière et j’ai décidé d’aller en Bretagne pour y améliorer mon français, pour avoir la mer à côté de chez moi et pour simplement gagner de nouvelles expériences. J’avais quelques attentes avant d’y arriver : Je savais que les Français sont accueillants, qu’ils mangent beaucoup de baguette, qu’ils fument et aussi qu’il pleut beaucoup en Bretagne. Que les hortensias sont partout et que les Français ont du style.

Presque toutes mes attentes ont été satisfaites. Je me sens vraiment très bien ici et je suis contente d’avoir pris la décision de venir. Mais il y a quelques petites choses auxquelles je ne m’attendais pas. Elles ne sont ni particulièrement positives ou négatives, je ne m’y attendais simplement pas. Et comme Gwennili est une association quimpéroise je me suis dit que peut-être il serait intéressant de vous montrer les choses qu’un étranger remarque à Quimper.

La première chose est peut-être un peu négative après tout. Quand on marche dans les rues de Quimper, il faut faire particulièrement attention au sol. On trouve toujours des surprises brunes. J’ai parlé de ce problème à une amie espagnole et elle m’a dit que toute la France avait un problème avec ça. Quatre fois dans sa vie elle est montée dans un tas et quatre fois c’était en France.

Une autre chose que je trouve très impressionnante sont les nombreuses crêperies à Quimper. Je me demande si les Bretons mangent vraiment tant de crêpes qu’il faut une crêperie à chaque coin de rue, ou si les crêperies sont toutes au bord de la faillite. J’ai fait des recherches et selon le journal Ouest France, il y a 1600 crêperies en Bretagne. Mais peut-être vous êtes déjà au courant de ce fait.

Une autre chose sont les palmiers. En Autriche, il n’y a pas un seul palmier et j’en vois peut-être une fois par an, quand je vais en vacances dans le sud. Je me réjouis d’autant plus lorsqu’à Quimper je regarde par la fenêtre et que je vois un palmier devant la maison. Ainsi, même par un mardi après-midi froid de janvier, j’ai l’impression d’être en vacances.

Avant de venir à Quimper, j’ai bien sûr déjà regardé la ville de plus près sur Google Maps. J’ai vu la cathédrale, le Likès, l’école dans laquelle je travaille maintenant, j’ai vu la rivière Odet et aussi la Gare. Une chose que je n’ai pas vue, ce sont les nombreuses collines. Cela m’a beaucoup surprise, car le Tyrol, la région d’Autriche d’où je viens, a beaucoup de montagnes et je me suis préparée à ne plus voir de montagnes pendant un an. Les collines à Quimper, elles ne sont pas très évidentes, car elles ne sont pas très hautes, mais très pentues. En fait, il faut plus souvent monter et descendre à Quimper qu’au Tyrol. Je me réjouis de pouvoir faire une petite séance d’entraînement chaque matin sur le chemin de l’école.

Dans l’ensemble, je trouve que Quimper est définitivement une ville de caractère et je me réjouis de pouvoir être là 🙂 »

Chantiers et rencontres interculturelles été 2020 annulés

Chantiers et rencontres interculturelles été 2020 annulés

La crise de la COVID19 nous empêche de pouvoir organiser nos séjours normalement. Les mesures sanitaires, nécessaires pour assurer la sécurité de tou.te.s, sont un réel frein à l’utilisation de nos méthodes pédagogiques – animations linguistiques, animations interculturelles, jeux de coopération, activités de chantier, préparation collective des repas … De plus, la situation chez nos voisins européens, partenaires de nos projets, est très instable, aussi il est difficile d’envisager des déplacements. C’est pour cela qu’avec beaucoup de regret l’association Gwennili, et ses partenaires, ont décidé d’annuler tous les projets qui étaient prévus pour cet été.

Nos chantiers et nos rencontres d’été sont en ligne pour 2017

Nos chantiers et nos rencontres d’été sont en ligne pour 2017

Gwennili a ouvert les inscriptions pour ses chantiers et ses rencontres trinationales en Europe. Ces projets durent une dizaine de jours et se passent en Bretagne, en Allemagne ou  en Russie. Ils  ont pour thème l’environnement, la création artistique ou la randonnée.  Alors n’hésite plus et viens cliquer sur le lien suivant pour découvrir tes prochaines aventures !